C’est aux éditions Expression de Sagesse qu’est sorti le premier album jeunesse de Marine Deravet, dans lequel elle illustre un texte de Nicole Lissoir. L’ouvrage s’intitule Le crayon écrivain et vient tout juste de sortir des presses ! Interview de cette alumni, plus que dynamique, de la section Illustration de l’École Supérieure des Arts Saint-Luc Liège.

 

Marine, commençons par ton parcours…

Je dessine depuis toute petite mais c’est une des activités à laquelle je m’adonne parmi tant, tant d’autres ! J’ai grandi dans une famille et dans un environnement avec des valeurs assez fortes, un intérêt prononcé pour le monde associatif… Du coup, j’ai choisi mon parcours scolaire en secondaire pour pouvoir servir ce côté engagé : je me suis orientée dans une option math fortes – sciences fortes parce que je me suis dit que les débouchés pourraient me permettre d’agir concrètement dans des domaines comme l’écologie, les Droits de l’homme, etc. D’ailleurs, en parallèle de mes études, je me suis engagée à deux reprises dans des voyages humanitaires au Bénin et au Sénégal, via l’association Défi Belgique Afrique. Mais j’étais aussi inscrite depuis toute jeune dans un mouvement de jeunesse, La maison extraordinaire à Athus, qui organise des activités pour enfants et adolescents avec handicap (autisme, IMC léger, handicap intellectuel ou sensoriel) en intégrant des enfants et adolescents ordinaires parmi eux, telle une inclusion inversée. C’était une activité extra-scolaire très enrichissante – je ne l’ai d’ailleurs pas quittée et y suis à présent co-coordinatrice.

 

Et comment t’es-tu orientée vers un parcours artistique ?

Même si l’art était constamment dans mon quotidien d’une manière ou d’une autre, après ma rhéto, je ne me suis pas directement inscrite dans une école d’art. Je suis à nouveau partie à l’étranger durant un an, plus précisément en Allemagne et au Royaume-Uni. En revenant, j’ai décidé d’aller à l’École Normale du Brabant-Wallon pour commencer un bachelier en instit’ primaire. Durant ce cursus, j’ai eu l’occasion de partir à l’étranger pour retrouver le Bénin dans le cadre de mon stage de dernière année.

Au moment de ma dernière année, il y a eu un grand mouvement d’immigration dans le monde ; ça a été un sujet d’actualité fort. En cours, on nous a présenté un dispositif pédagogique autour du livre Mon ami Paco (de Luc Baba et illustré par Marion Dionnet – une ancienne d’illu de Saint-Luc d’ailleurs) : une camionnette sillonnait les routes avec des livres jeunesse autour de la thématique de l’immigration tout en proposant des animations dans des classes. Pour mon TFE, j’ai travaillé en binôme à la réalisation d’une mallette pédagogique pour le livre Mon ami Jim de Kitty Crowther. Nous avons travaillé avec une classe DASPA (c’est-à-dire une classe passerelle pour des primo-arrivants) à lier l’art et le langage sous un angle ludique. Ce projet m’a vraiment fait réaliser que le dessin (ou tout autre processus créatif) pouvait m’aider à transmettre tout autant que le métier de pédagogue, tant aux enfants qu’aux adultes. Ce concept de transmission revient souvent dans ma vie – même maintenant, dans mon boulot dans un centre culturel.

 

Comment as-tu atterri à Saint-Luc Liège ?

Après mon TFE, je me suis vraiment rendue compte que je voulais transmettre tout en créant. J’ai donc voulu poursuivre des études artistiques et ai passé les épreuves d’admission de plusieurs écoles d’art en Belgique que j’ai réussies. Ce qui m’a décidée à venir à Saint-Luc à Liège, c’était d’abord l’attrait pour la Cité ardente, la possibilité de réaliser un master en sciences de l’éducation en parallèle mais aussi des bons échos que j’avais eus de l’école. Et puis, en venant sur le campus pour m’inscrire, je me souviens d’avoir eu un coup de coeur pour l’environnement dans lequel les cours se donnaient, avec ces grands espaces, les arbres, etc. J’avais eu un bon feeling en somme.

 

Et ses trois années à Liège, qu’en retires-tu ?

J’ai naturellement choisi l’illustration car elle me permettait de toucher à plusieurs techniques artistiques et processus créatifs. Cela correspond complètement à ma personnalité : j’aime tester, faire différents choix, etc. Ça a été une belle expérience en général, surtout que j’avais l’avantage d’avoir déjà mon bachelier en instit’ primaire. Cela permet d’aborder le cursus différemment, peut-être avec moins de pression. J’avais d’office une autre optique et une autre manière d’envisager les études. En tout cas, plus j’avançais, plus j’étais sûre de mon choix. J’ai adoré la liberté qu’on avait et qu’on nous donnait sur les projets. Cela correspondait tout à fait à ma vision des choses. Mes études artistiques ont été comme une aire de jeux pour mes ambitions et mes envies très diversifiées à la base. 

Aussi, j’ai beaucoup aimé la richesse des échanges, que cela soit entre étudiants ou avec les profs. Ces derniers se plaçaient dans une relation de proximité, sans dédain aucun, et nous accompagnaient, nous conseillaient sans nous dire « fais ceci, fais cela » et nous menaient à notre propre autonomisation au niveau du processus créatif.

Tout ça mis ensemble, j’ai pu faire énormément de tests et j’ai appris à me faire confiance tout en ayant écouté les retours constructifs de mes pairs ou de mes enseignants.

 

Après ton diplôme, que s’est-il passé dans ta vie ?

À l’exposition de fin d’année, mon travail a été repéré par Cathy Vandendriessche, la coordinatrice d’Expression de Sagesse (tout comme Delphine et d’autres étudiants). Elle m’a proposé de travailler avec des personnes participant à ses ateliers d’écriture et m’a associée avec Nicole Lissoir, de 50 ans mon aînée, attentionnée, curieuse et passionnée. Cathy a cette belle faculté de connecter les gens entre eux par ce qui les relie. Ici, Nicole avait écrit un texte qui parlait de son propre parcours avec Cathy sur le processus de création, sur le fait d’essayer encore et encore tout en gardant son propre plaisir. Cathy a directement fait le lien avec mon parcours et mes idéaux.

À droite, pages intérieures du livre / à gauche, Marine et Nicole en plein travail (©M. Deravet)

 

Et c’est ainsi qu’est né Le Crayon écrivain…

Oui, j’ai rencontré Nicole à maintes reprises pour monter ensemble ce projet de livre, dont elle a écrit le texte. Puis covid oblige, nous avons également dû travailler à distance. Ce projet a été pour moi une expérience unique et extrêmement enrichissante. Il y a eu énormément de discussions, d’échanges, de partage… C’est encore dans cette optique de transmission que je me suis investie dans le projet, j’ai pu mettre mes talents artistiques au service du talent d’écriture d’une autre personne. Et c’est justement mettre mes compétences au service de l’autre qui m’a le plus réjoui, surtout dans cette ambiance d’échange intergénérationnel.

À droite, gros plan de la couverture du Crayon Écrivain  / à gauche,pages intérieures du livre (©M. Deravet)

 

Quels sont tes plans pour le futur ?

Je travaille actuellement au Centre culturel Rotondes à Luxembourg ville. J’aime beaucoup l’aspect de transmettre ce que les artistes ont à dire à leur manière. J’ai demandé à travailler à temps partiel pour justement me consacrer à d’autres activités d’ordre personnel ou à des implications plus citoyennes. Cette liberté de temps va me permettre de nourrir ce côté mutli-disciplinaire, multi-engagé, que je chéris depuis toute jeune. Je peux travailler sur des livres, des missions de graphisme, de la customisation de meubles… En ce moment, je suis plutôt dans une optique de récup’ et zéro déchet ! Le tout, sans oublier que je suis toujours co-coordinatrice à La Maison extraordinaire.

 

Un conseil pour nos étudiant·e·s ?

Dans le processus de création, beaucoup d’émotions arrivent et parfois on se sent contraint. Et dans ces cas-là, il faut se rappeler de l’essentiel, de la raison originelle de pourquoi on dessine. La meilleure dynamique est à mes yeux d’être à l’écoute des autres mais surtout de soi et adopter une sorte de troisième voie qui nous ressemble. Rappelez-vous de pourquoi vous êtes là, à Saint-Luc ! Mon livre, Le Crayon écrivain, a été un projet très chouette pour moi et la façon dont il s’est construit sort des sentiers que l’on peut connaître (les maisons d’édition traditionnelles entre autres). Il y a d’autres projets comme Expression de Sagesse. Ouvrez vos yeux, ouvrez vos oreilles… Il y aura toujours des gens qui auront besoin de mettre leur projet en image(s) ! 

 

Se procurer Le Crayon écrivain

En magasins : La Parenthèse à Liège, La Dérive à Huy, Papyrus à Namur, Aux Mains des Artisans à Wellin

En ligne : via le site Expression de Sagesse

 

 

Suivre le travail de Marine Deravet

Sur Instagram

Sur Behance

Contact mail